inspirations

Mon métier, ma vie (2) Catherine Bogrand partage ses souvenirs

D’abord photographe, Catherine Bogrand s’est installée en 2006 comme artisan tapissier-décorateur à Saint-Brieuc. Elle a choisi ce nom pour sa boutique : « Bergère, crapaud & cie ». Comme un clin d’œil aux différents styles de fauteuils qu’elle rénove et que ses clients confondent souvent. Car une bergère n’est pas un voltaire, et inversement… Or, pour cette passionnée d’histoire de l’art, les éléments du passé sont d’une importance capitale pour comprendre le présent. Et pour cause.

« Au Bon accueil »

Catherine Bogrand est issue d’une longue lignée de commerçants briochins et écouter ses souvenirs de famille est un régal. Sa reconversion professionnelle n’est en effet pas sans rappeler le métier de ses ancêtres. Celui de son arrière-arrière-grand-père, Pierre Bogrand, fondateur des vêtements Bogrand « Au Bon Accueil ». Et celui d’un aïeul encore plus lointain venu du Nord de la France pour s’installer ici comme fileur de laine. « Ma famille est présente dans la région depuis les années 1600. Son descendant, mon arrière-arrière-grand-père, est parti de rien, confie Catherine Bogrand. Il vendait d’abord des peaux de lapin de ferme en ferme, avant de louer une boutique en centre-ville, à Saint-Brieuc. Il ouvre son premier commerce de tissus en 1888, place de la Poste. »

800 clichés de 14-18

Quand le fils de Pierre, Louis-François, part à la guerre 14-18, mobilisé avec les Hussards de Dinan, il emmène son binoculaire. Jusqu’à la fin du conflit, il photographie et filme son quotidien de soldat. Catherine Bogrand, qui hérite de ce trésor, remet, en novembre 2017, pas moins de 800 négatifs aux archives municipales de Saint-Brieuc. « Cela a permis à beaucoup de monde de retrouver des copains ! », s’amuse-t-elle.

Devenu officier de liaison du général Debeney, Louis-François Bogrand assiste à l’Armistice sur son cheval « Espoir » – et en profite pour photographier le maréchal Pétain ! Cette histoire familiale qui s’insère dans la grande Histoire, Catherine Bogrand la raconte avec le plus grand détachement : « J’ai conservé ses sabres très longtemps, avant de les remettre à mon oncle. Mais son appareil cinématographique est toujours dans la chambre de mon fils. »

Baptême de l’air gratuit

Après la guerre, Louis-François Bogrand achète la boutique de son père et, petit-à-petit, d’autres terrains entre la Poste et le Champs de Mars (aujourd’hui à l’emplacement de l’ancien Monoprix). Il finit par inaugurer, en 1933, le fameux « Passage de la Poste ». Son fils, Louis-Georges, reprend les rênes du commerce pour lequel il met en place une « réclame » très efficace. Passionné d’aviation, il fait voler dans les airs des publicités visibles depuis la plage. Il emmène même ses meilleurs clients pour un baptême de l’air. Des années plus tard, il commentera les films de son père avant que Catherine ne les donne à la Cinémathèque de Bretagne.

Le fils de Louis-Georges, père de Catherine Bogrand, partage cette passion pour les avions. Mais il perd la vie dans un accident d’ULM en 1987. Sa fille Catherine n’a que 26 ans. « Cet événement m’a fait revenir de Paris à Saint-Brieuc et me rapprocher de mon grand-père, Louis-Georges. Nous avons enregistré ses souvenirs (à ma demande) sur des cassettes avant qu’il ne s’éteigne en 1999. »

Des objets chargés d’histoire

En 2006, après un CAP tapisserie d’ameublement, puis un stage de six mois chez un Compagnon du tour de France, elle s’équipe d’une boîte à outils qui a appartenu à un tapissier d’une rue proche de son atelier. Quant à sa machine à coudre, elle l’achète à un tapissier de la rue du Gouëdic qui prend sa retraite. Car les objets aussi ont toute une histoire.

Aude Bracq

Pour visiter son atelier, rendez-vous sur ma chaîne youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *