inspirations

Mon métier, ma vie (3): Serge Abalain, pour l’amour du sucre

A Saint-Brieuc, Serge Abalain a repris le flambeau de la maison Quinton en 2014, toujours comme artisan pâtissier-chocolatier. Avec pour même emblème la coquille Saint-Jacques.

« J’aime le sucre depuis tout petit… Quand ma mère cuisinait des cakes aux fruits confits, je mangeais même la pâte crue, j’adorais ça ! J’ai grandi près de Landerneau, dans une famille où nous aimions bien cuisiner et bien manger, avec des produits le moins transformés possible : les œufs de nos poules et les légumes du potager de mon père. J’ai d’abord étudié en BEP, puis CAP et Bac Pro cuisine, puis à Concarneau pour la mention pâtissier. Puis j’ai travaillé en pâtisserie dans la restauration : dans le Finistère, puis en Irlande et même au grand hôtel Ermitage-Barrière de La Baule, pendant quatre ans. Jusqu’à ce que je souhaite ouvrir ma propre affaire.

La tradition perdure au 7, rue Glais-Bizoin

J’ai repris la pâtisserie de la rue Glais-Bizoin, à Saint-Brieuc, il y a six ans. Ce commerce avait été tenu pendant 35 ans par Serge Quinton, et avant lui pendant 50 ans par Madame Bagourd, qui y tenait un salon de thé. Quand je suis arrivé, j’ai dû enlever ses deux fours de boulanger. Ils avaient été scellés au sol il y a 70 ou 80 ans. Autrefois, il y avait plusieurs pâtissiers en centre-ville : Gilbert, Jeffriot, la Duchesse de Rohan…  Ici comme à la Duchesse de Rohan, la tradition perdure. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *